Sub Menu contents

Yellow Eye Penguin Reserve

October, 22nd 2008

Cette réserve se situe sur la Péninsule d'Otago, à une demi-heure de voiture de Dunedin. De même que pour Kaka Point, le moment le plus propice pour observer les manchots est au moment du coucher du soleil. C'est à ce moment que les manchots rentrent de leur journée de pêche. Malheureusement, à cause d'un emploi du temps très chargé et d'un rendez-vous à Oamaru le soir même à 18h30. Donc en prenant en compte les temps de trajet, nous nous rendons à la réserve à 15h30.

Nous sommes donc très peu confiants quant à la possibilité de voir des manchots aux yeux jaunes. La visite commence par une présentation des différentes espèces de manchots dans le monde et en particulier ceux qui vivent en Nouvelle Zélande et plus particulièrement sur la péninsule. On nous explique le cycle de vie des manchots entre la ponte, la naissance, le départ du cocon familial et le retour en couple pour former une nouvelle famille. Suite à cela, nous montons dans un minibus pour rejoindre la réserve à proprement parler, située sur la côté forcément.

A notre arrivée, quelques règles de bonne conduite s'impose notamment garder un niveau sonore bas de sorte à ce que les manchots ne nous repèrent pas et ne prennent pas peur. A peine nous nous engageons dans la réserve que notre guide aperçoit un manchot et se met à courir. Nous la suivons au pas de course et effectivement, il est là, près d'une marre. Nous sommes donc rassurés, nous avons vu un manchot. Par contre il ni les yeux jaunes ni ce cercle jaune sur la tète qui caractérise cette espèce. Notre guide nous explique que les manchots ne naissent pas avec ce cercle jaune et les yeux jaunes. Ce n'est qu'après la première année que les jeunes manchots acquièrent ces caractéristiques. Nous apprenons ensuite que les manchots peuvent vivre jusqu'à 20 ans. Il se trouvent que ce sont aussi des animaux très fidèles, certains d'entre eux se retrouvent pour faire des petits depuis 11 ans déjà et ont quinze enfants. Il faut aussi savoir que cette espèce de manchots est une des rares à pondre 2 œufs et à s'en occuper de façon égale, sans favoriser le plus fort. Enfin, il faut savoir que les 3 premières années des manchots sont les plus critiques et possèdent le taux de mortalité le plus haut. La raison est simple : il n'y a aucun apprentissage des parents aux enfants, aucun transfert de connaissances d'une génération à l'autre. Une fois qu'ils ont quitté les parents, ils doivent apprendre tout seul les dangers de la vie sur terre et dans l'eau.

Nous continuons notre marche dans la réserve. En nous approchant du rivage, nous apercevons un lion de mer dormant sur un rocher. Notre guide nous explique qu'à cause de lui, très peu de manchots sortiront de la réserve pour aller dans la mer et inversement car ils ne veulent pas se faire bouffer par le lion. En revanche, elle nous explique aussi que nous somme en plein dans la période ou les manchots couvent leurs œufs. Répartition des taches oblige, quand l'un des deux parents par à la pêche se nourrir, l'autre reste au nid pour couver. Et du fait de la déforestation de la péninsule pour des raisons économiques, les manchots n'ont plus de milieu naturel leur permettant de construire un nid.

Pour palier à ce problème, plusieurs nids artificiels ont été construits pour les manchots. Il s'agit de deux planches de bois en forme de toit placés à l'abri des regards sous des arbustes ou des grandes herbes. Nous avons donc la chance d'observer plusieurs manchots en pleine couve. De plus, pour éviter le plus possible de déranger les manchots dans leur mode de vie, les responsables de la réserve ont creusé des tranchés qu'ils ont camouflées avec des filets treillis. De cette façon, il est très aisé de se déplacer au milieu même des manchots sans se faire repérer ni les déranger. Sur la fin de la visite, nous avons la chance d'observer un dernier manchot, tout prêt de son nid.

Mais pas le temps de s'attendrir, nous devons reprendre la route pour Oamaru et les manchots pygmées bleus.