Sub Menu contents

Kayak

October, 14th 2008

L'avantage de venir en Nouvelle Zélande en dehors de la saison touristique est qu'il n'est pas nécessaire de faire des réservations trop en avance pour certaines activités. Ce fut notre cas pour le kayak. En temps normal, les réservations se font entre 3 et 5 jours avant le jour du kayak alors que pour nous, il a été possible de réserver la veille pour le lendemain.

Rendez-vous donc à 8h du matin à Marau à vingt minutes en voiture de Kaiteriteri pour la grande journée. Nous rencontrons les autres personnes du groupe, nous sommes 9 au total : un couple de hollandais, un couple d'allemands, une allemande, Céline et moi, notre guide et un autre gars qu'on n'a pas compris ce qu'il faisait avec nous ! Le temps de récupérer le matos pour la journée ainsi que de quoi mettre nos affaires au sec et nous voilà partis en bateau pour rejoindre notre point de départ de kayaking.

Commence alors la leçon de kayak : comment pagayer en avant et en arrière, quelle est la position optimale des bras sur la pagaie, comment diriger son kayak, comment mettre la jupe sur soi, comment monter dans le kayak et attacher la jupe au kayak, comment faire si le kayak se retourne et les quelques gestes du guide pour se regrouper ou arrêter de pagayer. Sur ces bonnes paroles, nous mettons les kayaks à l'eau et nous montons dedans.

Notre premier cap est la colonie d'otaries qui se situe juste au loin dans la baie. Il s'agit d'une réserve marine, nous ne pouvons donc pas approcher à plus de 3 kayaks de l'île. Ce seront donc les otaries qui viendront vers nous si elles le veulent bien. Et c'est vrai qu'une fois arrivée près de l'ile, nous ales apercevons de suite. La plupart d'entre elles se dorent la pilule au soleil, très peu se déplacent sur les rochers et une ou deux sont dans l'eau. Nous nous déplaçons lentement autour de l'ile et certaines otaries vont jusqu'à nager sous nos kayaks et deux d'entre elles se pourchassent à la façon des dauphins en faisant des sauts hors de l'eau pour aller plus vite : c'est très impressionnant.

La suite de la journée sera moins riche en émotions. Une fois l'ile quittée, nous nous dirigeons doucement vers notre lieu de déjeuner, qui se situe juste à la sortie de la réserve marine. Il s'agit d'une très jolie petite plage de sable blanc, accessible uniquement en bateau ou à pied comme la plupart des plages du Abel Tasman National Park. Il fait bon de sortir un peu les fesses du kayak, de marcher, de s'allonger. Le guide prépare alors le déjeuner : soupe de légumes, un morceau de pain, un gros muffin et du café ou du thé accompagné de cookies. Et après 90 minutes de pause déjeuner, nous voilà reparti pour la fin de la journée.

Notre trop faible niveau d'anglais ne nous permet pas de profiter au maximum du guide et de ses différentes histoires et anecdotes sur le parc. Nous nous arrêtons souvent au bord de criques qui ont chacune leurs histoires mais une seule m'est restée en mémoire. Arrive enfin la baie d'Anchorage, point final de notre excursion en kayak. Il nous fait maintenant attendre le water taxi qui comme à l'aller va nous ramener nous et nos kayaks à la base à Marau.