Sub Menu contents

Promenade à Paris

September 29th 2012

Plusieurs conditions ont rendu cette escapade à Paris un peu spéciale. Et tout d'abord pourquoi partir comme cela, tout seul, sur Paris pour prendre des photos ? C'est un exercice que j'avais déjà réalisé quelques années en arrière lors des 120 ans de la Tour Eiffel. Cette fois-ci, il se trouve que je devais voir des amis sur Paris, diner reporté au dernier moment à cause d'une intervention chirurgicale pour l'un d'entre eux.

Mentalement, j'étais prêt à aller sur Paris, donc suite à l'annulation de ma soirée et étant donné que le ciel était très clément pour un 29 Septembre, j'ai décidé de mettre à profit ma soirée pour une sortie photos à la Tour Eiffel. Et pourquoi la Tour Eiffel, parce qu'il s'agit du monument Parisien le plus rapide d'accès en voiture depuis chez nous, à savoir 20 minutes. Sauf que j'ai du tourner au moins 20 minutes pour trouver une place rue Raymond Poincaré.

Un autre point qu'il faut avoir à l'esprit : Céline est en vacances avec les garçons et est partie avec le MkII, le 24-70mm, le 17-40mm et le 100mm. Bref, il ne me reste donc à la maison que le 28-300mm, le 70-200mm et le 50mm. Ce dernier étant très mauvais à faible luminosité, je décide donc de partir avec un seul objectif pour la soirée : le 70-200mm.

Il va donc falloir que je m'adapte à mon optique qui m'empêchera notamment de faire des photos d'ensemble de la tour une fois en dessous. Cette contrainte matériel va devenir le leitmotiv de la soirée : éviter toute photo d'ensemble de la Tour Eiffel, trop classique. De cette manière, je suis obligé de réfléchir aux différents angles de vue et la manière d'habiller le cadre du mieux possible.




La première chose qui marque quand on arrive sur le parvis du Trocadéro, plus que tous ces touristes, français ou étrangers, qui se photographient devant la Tour Eiffel, ce sont les différences de matériel pour la prise de ces photos. Il y a bien évidemment un nombre gigantesque de smartphones et ipad, encore beaucoup de compacts et étonnamment très peu de reflex.

Par contre, il y a toujours ces positions bizarres que prennent à la fois les sujets et les photographes pour réaliser le cliché qui fera croire qu'on tient la Tour dans sa main, entre ses doigts, bref, qu'on a été à Paris et qu'on a vu la Tour Eiffel.




Après les touristes, il y a les couples récemment mariés qui font une petite halte photo devant la Tour Eiffel. C'est dingue de voir comment rapidement, le couple devient la principale attraction pour les touristes qui agrémenteront leurs souvenirs de vacances de photos de mariés qu'ils auront croisés devant la Tour. Rapidement, le photographe officiel se retrouve entouré de photographes officieux qui profitent alors des différentes compositions organisées et arrangées par le photographe.

J'ai moi aussi profité de ce moment un peu particulier pour les mariés pour m'y entrainer en vu du mariage prévu le 13 Octobre prochain. J'ai essayé déjà de ne mas me trouver dans le champ du photographe en essayant des points de vue opposés à ceux choisis par le photographe. Et je suis assez content de la photo sur laquelle la mariée me gratifie d'un regard intéressé.




Direction ensuite la Tour Eiffel avec un passage obligé sur le Pont d'Iéna qui enjambe la Seine entre le Trocadéro et la Tour Eiffel. J'en ai profité pour faire quelques photos artistiques des voitures en pause longue. Rendu qui fait toujours son effet même si je n'avais pas pris de pied pour cette sortie parisienne.

Les jeux de lumières étaient aussi très intéressants sur le Pont Bir-Hakeim avec la réflexion sur la Seine des lumières des lampadaires situés en dessous du passage du métro. Enfin, le Pont d'Iéna permet aussi aux différents vendeurs de Tour Eiffel lumineuse et de taxis pour touristes de faire des affaires avec ceux qui peuvent se laisser tenter par un petit souvenir de la capitale.




Arrivé ensuite à la Tour Eiffel. L'objectif est donc d'être créatif car avec une focale minimale de 70mm, on remplit très rapidement le viseur avec la Tour Eiffel toute illuminée. J'essaye donc de saisir des détails comme les poulies qui permettent de monter et descendre les ascenseurs, d'habiller un peu le cadre avec la végétation du lieu et en descendant sur les quais de la Seine en face de la Tour.

Autre tentative de composition avec la Lune, presque pleine mais dont la forte luminosité empêche de faire une photo où l'on distingue les mers lunaires tout en ayant la Tour Eiffel illuminée sur la photo. Une composition en HDR serait le meilleur moyen mais n'ayant pas de pied pour l'appareil, je ne me suis pas engagé dans cette voie.




Un moment particulier, espéré et attendu par chacun sur place : la scintillation de la Tour Eiffel chaque heure et pendant cinq minutes. Chacun est attentif à l'approche de ce moment particulier et toujours émouvant même pour moi qui ait eu la chance d'en voir deux pendant ma promenade.

A ce moment, les appareils photos sont de sortie pour immortaliser la beauté de la Tour même si au final, le rendu de permet pas du tout de saisir la beauté du moment. Un moment partagé par de nombreuses personne simultanément, comme si pendant cinq minutes, tout le monde arrêtait de faire ce quoi que ce soit pour profiter ce cinq minutes de paix intérieure.




Et après plus de deux heures de marche entre le Trocadéro et la Tour Eiffel, il est temps pour moi de rejoindre ma voiture et de quitter tous ces gens venus profiter de la capitale parisienne pour une soirée.