Sub Menu contents

Ile de Ré, France

May 5th to 12th 2012

Voici les photos souvenirs de notre semaine de vacances à l'île de Ré, au Bois-Plage plus précisément. Ce sont des vacances particulière à plus d'un titre, tout d'abord parce que la dernière fois que nous étions venus sur l'île avec Céline, c'était en 2003, soit presque 10 ans en arrière au début de notre relation. Nous sommes maintenant mariés et parents de deux adorables garçons. Ensuite, parce que c'est la première fois que nous partions avec mes parents en vacances et que je n'avais plus passé de vacances avec eux depuis je pense 1999, année de mon premier job d'été. Bref, une semaine de vacances à la mer, au soleil et loin du boulot.

Et dès notre arrivée, nous profitons de la fin de journée pour faire découvrir la plage et la mer à Samuel. Bien évidemment qu'il les avait déjà vus, que ce soit à Cabourg ou au Cambodge, mais il était encore trop petit pour en profiter. Ce coup-ci, à deux ans passés, y'a moyen qu'il s'éclate avec le sable et les vagues. Mais comme il s'agit d'une nouvelle découverte et que le temps n'est pas non plus caniculaire, nous nous limitons juste à nous amuser avec le sable et nous balader sur la plage.

Si vous cherchez Nathanaël, ne vous inquiétez de ne pas le voir. Il s'est retrouve souvent porté par le photographe et donc de ce fait n'apparait que très peu en photo lors de nos balades sur la plage ou dans les villages.



Pour notre première journée complète sur l'île, nous décidons de nous rendre au port de la Flotte qui organise la fête du nautisme sur le week end complet. Il y a des animations et Céline a lu qu'il était possible de faire des sorties en mer sur de vieux gréements. Et une fois sur place, nous constatons que la fête bat son plein avec notamment une chorale reprenant des chants de marin, plusieurs stand sur la mer, pour des clubs de nautisme ou de paddle.

Et très rapidement, on nous explique qu'il n'y a pas moins de dix bateaux qui font des rondes afin de permettre au public de faire des sorties en mer. On nous indique alors le bout du ponton afin de montée sur un hors-bord de taille raisonnable et entamer une balade en mer. Nous prenons alors la direction du drapeau jaune indiquée et en moins de cinq minutes, nous sommes tous à bord, gilet de sauvetage enflé pour Samuel.

Céline mentionne alors le fait que j'ai obtenu mon permis côtier en 2011 et quelques mètres après avoir quitté le ponton, le pilote me laisse la barre pour une bonne partie de la sortie en mer. Nous longeons alors quelque peu les côtes sur une mer agitée avec des creux allant jusqu'à 1 mètre puis nous nous dirigeons vers le large afin de rejoindre un voilier cible. Le trajet est quelque peu mouvementé par les vagues et nous observons un Samuel plus inquiet que lors de la traversée pour accéder à Rabbit Island dans la mer de Chine. Valentine prendra ensuite le volant pour nous ramener à bon port.

La suite de cette fête du nautisme, dont il faut préciser qu'il s'agit d'une fête au niveau national, est un peu particulière car nous allons assister à une manoeuvre de sauvetage exécutée entre en hélicoptère de la sécurité civile qui arrive de la Rochelle et le bateau de la SNSM.

Le principe : l'hélicoptère hélitreuille un homme pour récupérer un blessé sur le bateau de la SNSM et le remonte dans l'hélicoptère. Ce dernier fait un petit tour au dessus de notre tête avant de faire la manoeuvre inverse. A savoir hélitreuiller l'homme du bateau de la SNSM pour l'y redéposer. Petit interlude assez originale après notre sortie en mer non moins inattendue.



Pour finir en beauté et en humour, nous assistons a de nombreuses démonstration de sauvetage en mer par des chiens terre-neuve complètement adapté pour ce genre d'exercice. Les chiens sont sollicités pour aller sauver des cobayes en combinaison, des mannequins lestés ou encore des naufragés suite à un chavirage et qui se retrouverait dans leur canot de sauvetage.

La plupart des exercices se déroulent correctement, mais il y a quelques chiens qui encore jeunes et en cours d'apprentissage sur ce genre d'exercice n'en font qu'à leur tête et préfèrent revenir au sec plutôt que sauver un clown dans l'eau. Au final, nous avons passé un très bon moment entre la sortie en mer, la démonstration de la sécurité civile et les différents exercices de sauvetages en mer. Une très bonne semaine de vacances en perspective.

Chaque fois que mes parents se rendent sur l'île de Ré, mon père a pris l'habitude de se rendre dans la même chèvrerie pour acheter du délicieux fromage de chèvre. Ne voulant pas rompre avec cette tradition ancestrale, nous nous rendons donc à cette chèvrerie qui permet aussi aux visiteurs d'assister à la traite des chèvres.

C'est une très bonne occasion pour Samuel de découvrir cet animal de plus près, un peu dans la continuité de ce que nous avions à la bergerie nationale à Rambouillet. L'établissement propose ensuite un rapide parcours au milieu des différentes pièces permettant la fabrication des fromages de chèvre. La fin de la visite se termine évidement dans la boutique qui propose l'ensemble des formages qui sont produits par la chèvrerie que ce soit du frais, sec, demi sec, tome, etc ...



Suite à cette visite, nous nous rendons chez un apiculteur qui lui ne propose que des visites guidées dont les horaires sont déjà passés. Nous pouvons voir quelques ruches en plein travail mais nous serons surtout témoins d'un énorme sketch de la part de Samuel qui fera le clown pendant 10 bonnes minutes en se coinçant une coquille d'huitre entre les genoux pour ensuite essayer de marcher sans la faire tomber. Hilarant !



En cette après-midi bien moche, nous décidons de nous rendre à Saint-Martin et les conditions météo nous obligent à pendre la voiture. Une fois avoir attendu 45 minutes pour retrouver les cyclistes et constater que Valentine ne recevra jamais un SMS de Céline prévenant de notre arrivée, nous entamons une longue balade autour du port, au coeur de la ville de Saint-Martin.

Beaucoup de bateaux de plaisance sont amarrés au port et on trouve aussi quelques bateaux de pêcheurs qui sont toujours très photogéniques. La suite de la visite de prolonge vers la sortie du port ou nous trouvons les fameux remparts dessinés par Vauban, un joli parc, une aire de jeux pour enfants et les fameux ânes en culottes sur lesquels il est possible de monter pour faire un petit tour.



Nous passons devants les ânes et optons pour un lieu que connait bien Samuel : les aires de jeux pour enfant. Il est possible de faire du toboggan, de la balançoire et il y a aussi une petite maison. Après une descente de toboggan, Samuel élit domicile dans la petite maison avant de repartir dans notre promenade.



Nous faisons alors une pause un peu plus pérenne devant les ânes et Muriel propose à Samuel de faire un tour du l'un d'entre eux. Alors qu'il est d'accord rapidement, c'est au moment où Valentine le soulève pour le poser sur le dos de l'âne que tout bascule. Terrifié, Samuel refusera catégoriquement de monter sur l'animal. Peut être un peu trop petit, Samuel aime les animaux tant qu'ils ne sont pas trop près de lui.



Enfin, dans le parc qui accueille la promenade des ânes se trouve une marque verte marquant l'entrée tribord du port toute proche des remparts. Pas la peine d'aller voir ce qu'il y a derrière les remparts, y'a rien. On peut uniquement voir les remparts filer le long de la côte, mais pour le reste, c'est sans intérêt.

En arrivant sur la plage en début de semaine, Samuel n'était pas des plus sereins. Mais après plusieurs après midi passées avec ses parents à découvrir les joies des châteaux de sable ou encore de se faire poursuivre par les vagues, la transformation a été impressionnante.

Sur les derniers jours, il nous sollicitait pour qu'on aille mettre les pieds dans l'eau, pour qu'on aille faire le clown avec lui dans les vagues et ce, quelque soit la température de l'eau. Il a adoré détruire n'importe quelle construction faite par ses parents : du château fait avec un seau au simple monticule de sable ... tout était détruit par le méticuleux ouragan Samuel.

Mais à le voir s'éclater pendant presque deux heures plusieurs jours d'affilé sur la plage et dans les vagues, en tant que parents nous étions très contents de le voir grandir de la sorte et profiter d'une semaine de vacances idéale pour toute la famille.

Nous sommes à nouveau à Loix mais cette fois-ci pour visiter une savonnerie artisanale. Nous sommes accompagné d'un groupe d'enfant d'un centre aéré donc l'ambiance est bon enfant ! La visite est très intéressante car le propriétaire réussi a être simple dans ses explications tout en suscitant la curiosité de chacun.

Il met un point d'honneur à nous expliquer et nous faire comprendre qu'il possède la seule savonnerie de l'île de Ré, tous les autres ne sont que des revendeurs et non des producteurs. Et surtout qu'il est le seul à produire des savons de l'île de Ré au lait d'ânesse de l'île de Ré. En effet, il n'y a qu'une seule asinerie sur l'île et il a l'exclusivité du lait des ânesses car rachète la production entière de lait.

On entre ensuite un peu dans la technique avec les différentes phases de création du savon dans une machine unique, la manière de différencier les savons par leur forme, le cout pour déposer la recette d'un savon, la démarche commerciale de la savonnerie de limiter la vente chez d'autres revendeurs pour conserver la maitrise des couts et des délais. Au final, une visite très intéressante et des produits de très grande qualité, produits en France et dans une démarche locale et respectueuse de l'environnement.



Après la visite de la savonnerie, nous nous sommes rendus sur une plage pas très lin afin de profiter du beau soleil. Direction donc la pointe du Groin où nous découvrons rapidement la mer à marée basse qui remonte doucement. Le temps de trouver un bon endroit pour s'installer, que Samuel gambade dans l'eau avec tout le monde que nous voyons déjà la mer remonter rapidement.

Une fois un endroit à l'abri de la marée montante identifié et occupé, Samuel peut alors continuer à s'éclater. Un peu trop d'ailleurs car il finira par tomber dans l'eau avec à la clé, un gros chagrin.



La visite du clocher aurait du être une formalité si nous n'étions pas tombé sur une imbécile à l'office du tourisme. En effet, nous avions rendez-vous le lundi matin à 10h pour une visite qui dure une heure et nous sommes arrivés 10 minutes ne retard car nous avions opté pour un déplacement en vélo et nous sommes partis un peu trop tard de la maison. Donc nous avons raté la visite car d'autres personnes ont été intégrées au groupe et surtout, la nana voulait nous faire payer la visite pour Samuel et Nathanaël. Comme nous étions sur place, nous avons fait une petite balade avant d'aller au marché.



Mais nous sommes revenus le jeudi suivant, toujours à 0h mais cette fois-ci en voiture. Les enfants n'ont bien évidemment pas payé et nous avons pu suivre la visite avec un très gentil couple âgé. Le début de la visite commence au pied du clocher pour remettre dans le contexte historique sa construction lié aux trois églises d'Ars. Après ce rappel historique sur la construction de l'édifice, nous entamons son ascension qui s'arrêtera juste au dessus du Beffroi, à la base de la partie blanche du clocher.



Le premier arrêt de fait à 13 mètres au dessus du sol avec en dessous de nous le vide de l'église. La grosse trappe dans le plancher permet encore aujourd'hui le passage des cloches. Cette salle est très instructive car elle possède plusieurs panneaux explicatifs que ce soit sur les récentes rénovations, sur les trois cloches du clocher ou encore sur le clocher en lui même. Une ancienne horloge est aussi présente et dont la dernière utilisation remonte aux années 60 période de l'électrification du village lié à l'augmentation du tourisme sur l'île.



Nous arrivons ensuite au niveau des trois cloches qui pèsent entre 350 kg et 1.5 tonnes. Je vous rassure, l'organisation de la visite nous évite de se retrouver dans cette salle au moment ou les cloches résonnent. Nous étions tout de même dans la salle juste en dessous au moment du gong de 10h30.



Nous pouvons ensuite sortir et bénéficier du panorama élu plus beau panorama de l'île de Ré. La caractéristique de celui-ci, c'est que contrairement à celui offert par le phare des baleines, sa position est centrale et propose une vue à la fois sur le village, les marais salants alentours, le port ... Bref, un résumé complet des différentes activités de l'île accessible d'un cou p d'oeil.



En plus de découvrir les joies de la plage, Samuel aura aussi passé beaucoup de temps sur les manèges. Son premier tour aura lieu ici même, à Ars-en-Ré après notre visite du clocher. Il fera aussi un tour de manège à Loix et enchainera en une seule journée, cinq tour de manège au Bois-Plage.

Par contre, il a encore des progrès à faire concernant la queue de Mickey. En effet, sur ce manège, le gérant passera près de trois tours à suivre Samuel avec Mickey à portée de main sans que Samuel ne fasse quoi que ce soit. Et une fois la queue entre les mains, Samuel sera gêné d'avoir cassé la peluche.

Pour notre dernière sortie culturelle de nos vacances, nous avons rendez-vous à 8h45 aux Portes, donc au bout de l'île, pour une ballade de 2h30 autour de la réserve naturelle pour observer des oiseaux, le tout encadrés par des gens de la LPO . Vu l'horaire et la distance depuis le Bois-Plage, nous sommes bien évidemment partis ne voiture.

Nous faisons parti d'un groupe de presque 20 personnes composé uniquement de personnes âgées. Nous avons chacun une paire de jumelle et suivons religieusement. La difficulté c'est que nos yeux et surtout nos oreilles ne sont pas entrainés et qu'il est donc difficile de différencié le cri d'un oiseau de celui d'un autre et donc de les localiser.

Mais armé de patience, nos deux encadrants prennent la peine de nous montrer à quoi ressemblent les oiseaux que nous avons ratés, ce qui différencie le mâle de la femelle, les habitudes de telle espèce, le comportement de tel autre oiseau, etc ... Malheureusement, la visite se déplace un peu trop rapidement surtout pour Samuel qui va vite s'embêter et demander les bras.



Et pour finir avec ses vacances, quelques clichés pris au quotidien montrant que chacun profite de cette semaine comme bon lui semble et en majorité pour se reposer.