Sub Menu contents

Visite des tours de Notre-Dame de Paris

September 3rd 2011

A Noel dernier nous avions offert à Marion et Loic un déjeuner et la visite des tours de Notre-Dame de Paris avec nous trois. Le plus compliqué a donc été de trouver une date entre les vacances d'été de chacun et surtout avant le mariage histoire de profiter du beau temps qui cette année aura été très souvent absent.

Nous sommes donc tombés d'accord sur le samedi 3 septembre et nous avons été très chanceux car il fat un temps magnifique ce jour là. Nous avons débuté par un déjeuner assez moyen au restaurant la Prégrille, mais en terrasse. Les plats étaient très décevants, que ce soit la salade césar sans croutons ou bien les moules toutes minuscules. Mais nous avions prévu d'aller prendre une glace chez Amorino et nous n'avons pas été décus du tout. Un vrai régal que Samuel a su partager avec tout le monde. Bilan, il n'aime pas du tout le sorbet aux fruits de la passion qui l'a dégouté de reprendre tout autre parfum de glace.

Commence alors la longue attente pour accéder aux tours, attente qui s'avèrera plus courte que prévue. En effet, ils font rentrer les gens à hauteur de vingt personnes toutes les dix minutes. Et comme les gens font la queue en file indienne afin de s'asseoir sur les rebords, vingt personnes qui rentre correspond à une avancé de la queue d'environ dix mètres. Au final, nous n'avons fait la queue que trente minutes ce qui est très raisonnable.

Nous voici donc dans la tour nord avec un premier arrêt aux souvenirs dans la salle haute. Couverte d'une voute d'ogive à huit quartiers, elle culmine à 14 mètres. Au fond de la salle, une tourelle entièrement ajourée renferme un remarquable escalier en vis. Par contre, si vous souhaitez acheter des souvenirs, il faut le faire tout de suite car on ne repasse pas par cette salle durant le reste de la visite.

On reprend la montée des marches pour atteindre cette fois-ci la galerie des chimères située à 46 mètres au dessus du sol. Cette galerie doit son nom aux statues qui ornent les angles de la balustrade et qui ont été dessinées par Viollet-le-Duc au XIXe siècle. Ces sculptures représentent des oiseaux fantastiques, des animaux hybrides ou encore des monstres fabuleux et dont la plus célèbres, la stryge, semble contempler les transformations de la capitale.

On rejoint ensuite la tour sud dans laquelle il est possible de visiter le beffroi et de voir la plus grosse cloche de la cathédrale. Nommé Emmanuel, ce bourdon du XVIIe siècle pèse plus de treize tonnes et son battant 500 kilos. Nous continuons ensuite la visite tout en haut de la tour sud qui offre un très beau panorama sur la Seine et ses ponts et qui permet de parcourir Paris du regard. On peut alors distinguer la Sainte-Chapelle ou bien le Louvre à l'ouest, le Sacré-Cœur au nord, la BNF à l'est et le Panthéon au sud. Une journée au final très fatiguant car il a fallu redescendre pas moins de 400 marches pour retrouver la terre ferme et permettre à Samuel de prendre son gouter.